J'écris des trucs

06 mars 2018

L'attente

Imagines-tu que j'attends

depuis un temps infini

ta promesse en catimini

n'importe quoi me disant

que tu penses à moi,

même quand tu ne dois pas

 

Devines-tu que je frissonne,

comme une feuille légère

dans la bise de l'hiver,

quand vibre le téléphone

car à chaque fois

je voudrais que ce soit toi

 

Passer une vie à t'attendre

c'est long au bout d'un moment

et penser en même temps

que c'est le destin tendre

qui t'a placé sur mon chemin,

qu'on s'y croisera demain.

 

C'est notre venelle en cailloux

un parcours un peu ardu

On se voit, on ne se voit plus

on s'attache, on se dénoue

on s'aime en pointillé

un amour Petit Poucet

 

Moi je voudrais au contraire

que les blancs entre les pleins

se réduisent à presque rien

que les écarts se resserrent

qu'on fasse plus que partager

quelques étreintes clairsemées.

 

Imagines-tu qu'un jour où

lassée de toujours t'attendre,

je finirai par entendre

les paroles et les mots doux

d'un autre dont la jolie voix

pourrait m'éloigner de toi.

 

Mais tes yeux toujours

et ta bouche, ton sourire,

resteraient en souvenir

une trace en contre-jour

une cicatrice de toi sur moi

belle et sombre à la fois.

 

Posté par Majorette_Disco à 21:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


31 décembre 2017

La fée

Quelques concerts et la douce pression de mes amis m'ont redonné envie d'écrire.

Alors, pour commencer, une petite chanson. C'est l'histoire d'une fée qui ne vit pas dans un conte.

Qui la mettra en musique?

 

T'es tombée amoureuse

Mais, t'es tombée de l'échelle

oubliant, malheureuse

que les filles n'ont pas d'ailes

Toi, tu n'es pas une fée

T'as pas de plumes dans le dos

Tu ne peux pas t'envoler

Pas rester tout là-haut

 

Suivant ton coeur léger

Ascension si facile

T'aurais dû te méfier,

L'échelle a une cime

et une fois au sommet,

et la vue belle pourtant,

comme tu n'es pas une fée

t'as chuté, lourdement.

 

Il avait cru, ton coeur

être un peu différent

Et de la pesanteur

ne pas être dépendant.

Si joyeux et léger,

plume tourbillonnante

par le vent emporté

en une valse lente.

 

Mais tu n'es pas une fée.

Alourdie tant et tant

Loi de la gravité

sur le poids des tourments

Tes ailes d'imposture

ne t'ont plus transportée

t'as des bleus, des blessures

tu es toute cassée.

 

Malgré les écorchures

qui laissent des cicatrices

comme de fines hachures

sur ta peau en esquisse

Tu trouves que c'était bon !

ça en valait la peine !

se sentir papillon

insouciante et sereine.

 

Et même sans être une fée

qui se rirait du poids

des illusions brisées

de l'amour hors la loi

Tu voudrais repartir

et déployer tes ailes

A nouveau ressentir

la caresse du ciel.

 

Même s'il faut retomber

et se faire mal encore

tu veux recommencer

franchir le garde-corps

Un jour tu seras une fée

d'un souffle presque irréel

l'amour sera si léger

qu'il te donnera des ailes

Posté par Majorette_Disco à 00:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 août 2016

Burkini Go!....

Cette polémique sur le burkini m'interpelle...
Cela se passe sur les plages de France.  Des femmes sont verbalisées car elles se délassent ou se baignent couvertes.
Soit.
Mais,....rappelons-nous la devise de la France : 'Liberté, égalité, fraternité'.
Il n'y a pas un truc qui vous chiffonne?
Cette liberté que la population revendique (à raison) après chaque acte terroriste, cette liberté que chante le peuple de France dès qu'elle est bafouée, qu'en fait-on dans le cas du burkini?
Où est la liberté de s'habiller comme on le veut? Où est la liberté de ne pas montrer son corps à la plage? Où est la liberté de se baigner vêtu? Où est la liberté d'appliquer les principes de sa religion? Où est la liberté de circuler dans un lieu public, de la façon dont on l'entend?...
Cette sacro-sainte laïcité va-t-elle finalement contraindre certaines femmes à rester chez elles, pour ne pas risquer se faire lyncher en bord de mer?
Une femme peut être voilée sur la digue, mais dès qu'elle pose son pied dans le sable, elle ne peut plus l'être. Qu'est-ce qui définit cette limite? Qu'est-ce que ce franchissement implique de si dangereux? Qui croit vraiment que l'obligation de se dévêtir protège de quelque extrémisme qu'il soit?
Bientôt, y aura-t-il des plages, voire des stations balnéaires, interdites à certaines personnes car elles n'ont pas les cheveux, les bras ou les genoux à l'air?
Que fait-on de la liberté et de l'égalité alors? Comment les justifier?
Et d'autant qu'au delà de la controverse protectionniste - car c'est bien de cela qu'il s'agit -  la question que je me pose finalement, c'est : qu'est ce qui définit ce fameux burkini?
Dans quelle mesure peut-on se faire verbaliser? 
Est-ce le fait d'être habillée à la plage?
Est-ce celui d'avoir la tête couverte?
Est-ce celui de se baigner vêtu?
Est-ce celui d'être d'une pudeur excessive?
Cela atteint des sommets qui pourraient être risibles s'ils n'étaient pas sur le fond pathétiques.
Alors, pour aider nos pauvres gardiens-de-la paix-balnéaire-et-du-bon-comportement-avec-le-bon-habit, maintenant que la folie Pokemon Go est (presque, alléluia!) passée, jouons donc 5 minutes au nouveau jeu de l'été :  Burkini-Pas burkini... 
1 - Je suis allergique au soleil mais aime la plage. Je me couvre entièrement et arbore chapeau et lunettes noires, le visage dissimulé par une épaisse couche d'écran total, je vais faire trempette (car, en plus j'aime l'eau).
Burkini ou allergikini?
 

1

2 - Mère Marie-Solange de la Pure offrande, moinesse au couvent de Saint-Cabillaud-sur-Mer, se promène sur la digue et, profitant de ce que Jésus lui offre, va affermir ses monastiques mollets dans les premières vagues de l'océan, remerciant le ciel et l'univers de cette félicité.
Burkini ou scapulairekini?

3

3- Marcelin, 4 ans, est en vacances à Mer-les-Bains. Sous les ordres de sa mère, soucieuse de préserver sa douce peau de bambin, Mamie lui enfile scrupuleusement une magnifique combi anti-UV bleu piscine Tribord de chez Decathlon, avec couvre-chef assorti, dès qu'ils sortent de l'appartement avec vue.
Burkini ou anti-UVkini?

combinaison-rose-little-sidi-anti-uv-bebes-hyphen

4- C'est l'été, j'essaye des trucs. Tiens? pourquoi pas la plongée?
Equipée comme Cousteau, je traverse d'un pas léger le sable marin avant de m'élancer dans les flots au côté du moniteur, ce bellâtre décoloré.
Burkini ou plongéekini?

4

5- Je m'appelle Madonna, star internationale de mon état, mais ça ne m'empêche pas que je n'ai pas envie de ma taper une insolation avant mon concert à Miami et donc, je me couvre pour aller me baigner...
Burkini ou Madonnakini?

5

6- J'aime la mer, mais me dépoiler devant tout le monde, c'est pas possible... j'ai des cuisses comme des poteaux et un ventre en jelly. Les moqueries de mon adolescence m'ont suffi, maintenant, pas question d'exposer mes bourrelets ailleurs qu'au regard de ma salle de bain.
Pas grave, je trouve une très jolie tunique avec laquelle je profite pleinement de l'air marin et du sable chaud.
Burkini ou complexekini?

6

Réponses :
1 - Allergikini... on voit les cheveux. (Par contre si tu as les cheveux courts, attention! tu risques la verbalisation).
2- Scapulairekini. Non, cette tenue n'est pas un 'signe extérieur ostensible d'appartenance à une religion contraire au principe de la laïcité', enfin! Ce qui distingue le burkini de scapulairekini c'est l'âge... Au delà de 60 ans tu ne devrais plus être verbalisée.
3- UVkini. Mais il y avait une attrape! Marcellin est un garçon. On ne risque la verbalisation que si on est une femme (oui le concept d'égalité est aussi parfois un peu élastique).
4- Plongéekini. 2ème attrape! Un homme peut aussi porter le Plongéekini, et donc comme au point 4, pas de risques. Maintenant, si l'agent verbalisateur est un peu zélé et qu'on plonge entre filles, je ne garantis pas qu'il n'y ait pas confusion.
5- Burkini. Toute Madonna qu'elle est , à mon avis, elle va se faire arrêter par le premier gendarme venu (ou alors c'est qu'elle a bien de la chance).
6- Complexekini. Il y a trop de couleurs pour se faire repérer par la maréchaussée... Mais, si tu tentes le complexekini noir, fais gaffe!
Bref, la prochaine fois que tu fais ton sac de plage, réfléchis bien aux conséquences!
Peut-être qu'un jour ils mettront plutôt le pognon dans l'éducation que dans la chasse aux contrevenantes balnéaires, histoire qu'on puisse bronzer en paix. Mais ça, c'est pas pour tout de suite.

Posté par Majorette_Disco à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2014

Ta main

Voici une chanson que j'ai écrite, destinée plutôt à être chantée par un homme (quoi que...).

Je l'ai proposée il y a quelques temps à un groupe assez connu, mais ils ne m'ont pas répondu, les pignoufs.

Tant pis pour eux, je la diffuse, na!

 

 

Pourrais-tu un matin
Glisser dans ma main, enfin,
Tes petits doigts tous fins
et qu'ils s'y sentent bien
 
Tes petits doigts gracieux
Que tu portes à ta bouche
A ton cou, à tes cheveux
et d'autres endroits sans doute
 
Tes doigts doux qui effleurent
une bretelle rebelle
et dont la course se meurt
au dôme de l'oreille
 
Tes doigts qui virevoltent
papillons aériens
Accompagnent, désinvolte
ton rire cristallin
 
Tes doigts si délicats
que tu réchauffes d'un souffle
et que tu préserves, exquise
Dans de maudites moufles
 
Tes doigts, ongles carmin
Elégants, élancés
Que je prendrais dans mes mains
Sans oser les serrer
 
J'en prendrai bien soin, tu sais
J'y poserai des baisers
pour que tu aies envie d'y laisser
les miens s'entremêler

Posté par Majorette_Disco à 10:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 août 2014

Une étreinte singulière

170214-8

J'ai aimé cet instant hors du temps, éphémère
que nous nous sommes offert en cette soirée d'été
fugace sensualité qui m'a laissée comblée,
Bonheur instantané, une sieste putassière
 
Rencontre inattendue sur un air de vacances
Regards complices, brûlants, magnétiques, envoûtants
Tu viens sans d'autres mots que quelques frôlements
Et déjà tes lèvres domptent ma résistance
 
On s'attire, on s'allèche, on se bouffe, on se boit
Et succube gourmande, je succombe aussitôt
Au désir m'emportant en exquis vibratos
Décidant malgré moi que mon cul s'ouvre à toi
 
Très vite, dans mes courbes, ton souffle chaud se niche
Et ta langue intrusive qui goûte mes émois
Tes mains déjà complices glissent au creux de moi 
écrivant sur ma peau d'espiègles acrostiches
 
Envie d'être insolente, transgressive, effrontée
D'oser des tripotages et paroles interlopes
M'enhardir sans rougir à être une salope
Répondre sans limites à ta trivialité
 
Alors que tu opines, ravi, à mes envies
de te bouffer le jonc, de te polir le fion,
de t'astiquer le manche, de m'engluer le con,
J'oublie jusqu'à mon nom dans cette griserie.
 
Multiples sensations m'assaillent et me pressent
j'accueille sans scrupules ce sublime abordage
et te laisse à loisir accomplir le pillage
Des derniers vestiges qu'il me reste de sagesse.
 
C'est un buffet garni de sensualité
Festin souverain de suprêmes jouissances
De chair et de luxure follement faire bombance
De caresses et baisers ne pas se rassasier.
 
Et quand dans la nuit tiède nous nous sommes désunis
Aucune parole vaine n'a troublé notre adieu
Emporté par le vent des abîmes amoureux
Vers la réalité, chacun est reparti.
 
J'ai aimé ces quelques heures entre parenthèses
Celles où le corps s'affole, mais le cœur reste sage
Où l'amant magnifique ne fut que de passage
Et nul attachement n'entrava la fournaise.
 
De toi, je ne sais rien, que l'odeur de ta peau
et les stigmates brûlants que laisse en souvenir
cette complicité qui n'aura d'avenir
que dans l'image floue de ce divin tango.

Posté par Majorette_Disco à 22:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 juin 2014

Une découverte... magique!

L'autre jour est arrivé dans ma boite aux lettres le catalogue Vitrine Magique.
Quelle ne fut pas ma surprise! En effet, j'ignorais que ma réputation de parfaite ménagère avait franchi les frontières de ma rue et était arrivée jusque aux éditions dudit catalogue, que le facteur bienveillant déposa, telles les tables de la loi, sur le seuil de ma maison.
Cet évènement inattendu me permit donc de découvrir les trésors dont regorge ce répertoire, et, je me suis dit, à postériori, que j'aurais été bien marrie d'ignorer l'existence de tout ça tant cette lecture est depuis plusieurs jours source d'une intarissable hilarité.

Car, il faut bien l'avouer, si l'on y trouve l'arsenal complet de la boniche accomplie - tout à fait moi..., on tombe aussi là dedans sur les ustensiles les plus improbables, du genre de ceux dont on ne sait pas très bien de quel cerveau tordu ils ont bien pu sortir.
Alors, je ne sais pas qui achète cela, si ce n'est des esprits tourmentés obsédés par l'encombrement de placard.
A moins que ce ne soit de mauvais plaisantins, du genre à offrir des gabarits coupe-baguette. Pour ceux-là, ce catalogue est une mine!

Bref, plongeons nous avec délice dans ces quelques pages.
Dans le genre truc sidérant (et complètement inutile, donc) j'ai relevé (inventaire non exhaustif) :
  • La boite range-saucisson

P1150429 (Copier)

une magnifique invention qui permet d'économiser 20 cm de film alimentaire, mais qui présente le défaut de ne pouvoir contenir ni jésus de Lyon (trop mince), ni bâton de berger (trop court). C'est ballot.

  • Le coupe ananas

P1150424 (Copier)

D'une inventivité sidérante, le coupe-ananas permet de ne pas employer votre classique couteau de cuisine pour trancher le fruit - avec lequel, sans être une professionnelle, je débite la bête 4 en minutes chrono, rinçage du couteau compris -   avec l'avantage non négligeable que vous vous retrouvez avec un tire-bouchon de chair d'ananas... à couper au couteau pour qu'il soit mangé proprement, et que cela vous occupera 20 minutes ensuite pour nettoyer l'engin.
La ménagère s'ennuie sans doute, faut l'occuper.

  • Le cuit-frites rapide au micro ondes

P1150427 (Copier)

Alors bien sûr, les frites seront cuites en 3 minutes.
Mais comme vous aurez mis 4h à remplir les cases, et éventuellement 2 autres heures pour attraper les miettes et nettoyer les récipiens à sauce du milieu, je reste dubitative quant à l'effectif gain de temps promis. Faut occuper la ménagère, c'est confirmé, des fois qu'elle aurait des envies impures avec le facteur qui vient déposer le catalogue dans sa boite aux lettres.

  • Le ventilo- vaporisateur

P1150431 (Copier)

Ravissant accessoire qui encombrera magnifiquement votre boite à gant alors qu'un linge humide à 0  € + une fenêtre ouverte feraient tout aussi bien l’affaire.

  • Le coupe oignon

P1150428 (Copier)

Pour ne pas que vos doigts sentent l'oignon... hum...mais, vous faites comment pour le planter dans l'oignon, ce truc? Avec les dents?
L'avantage, c'est que ça peut éventuellement se recycler en peigne à chien....

  • La poële spéciale retournage d'omelette

P1150425 (Copier)

Oh ben dites-moi, intéressant de machin...Mais pour une tortilla bien ronde, on fait comment? 2 demies?............(Non madame, une bonne poële et une assiette, ça marche très bien. De rien.)
Alors, lequel allez-vous offrir à votre meilleur ennemi??

Sinon, il y a aussi les produits dits "décoratifs", qui enlaidiront idéalement votre intérieur...

P1150434 (Copier)  

P1150433 (Copier) 

P1150432 (Copier) 

P1150430 (Copier)

Franchement, j'hésite. Le suricate ou les torchons ronds?.............

Posté par Majorette_Disco à 20:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juin 2014

j'ai testé pour vous : un match de poule dans un [vrai] bar de [véritables] supporters

Il y a quelques temps, j'avais fait la promo du football, mais je dois avouer que jusqu'à hier, je la jouais petit, tout petit...
Aller au bistrot voir le match, c'est joyeux, bon enfant, débridé,... sympatoche quoi.
Mais aller voir un match de poule de Mondial, dans un café avec de vrais supporters déchainés est une autrement plus audacieuse expérience...
 
La soirée match avait commencé normalement. On s'était donné rendez-vous avec quelques amis sur une place qui diffusait Belgique-Algérie sur écran géant. Une foule colorée noir-jaune-rouge chantait joyeusement la brabançonne la main sur le cœur, sous les odeurs de frites et de bière, et criait son bonheur dès qu'un joueur ou l'entraineur apparaissaient sur la télé.
Car oui, l'écran dit géant était juste un peu plus grand que mon poste de salon mais sa définition s'approchait plus d'une œuvre pointilliste que de la HD... Il fallait être drôlement fort pour distinguer quoi que ce soit.
Qui plus est, comme je suis un peu basse de plafond, il suffit que j'aie un gars de plus d'1,72m devant moi pour que ma vision se réduise à rien, je peux alors apercevoir si je suis chanceuse un bout de pelouse par-ci par là, et là, en l'occurrence, des gars - chapeautés ou cornus avec ça -  il y en avait genre 3.000, je dirais, à vue de nez.

PID_$814741$_3d28ad8a-3269-11e3-8e9a-303b676a50b4_web_scale_0

 
Bref la première mi-temps fut moyennement suivie, ce qui finalement eut peu d'importance : des Diables Rouges mous du genou et un but poussif sur péno pour les algériens.
 
A la pause, une amie me souffle qu'au bistro d'à côté, pas plus loi qu'à 20m, il y a 3 écrans, qu'on y voit de partout et que surtout, ultime argument - on peut consommer autre chose que de la Jupiler.
 
Ni une, ni deux, nous voilà dans le troquet.
 
Le match reprend.
Et là je me rends compte soudain que je suis dans un autre monde.
Le public dissipé d'accord, mais plutôt coloré et gentillet de dehors a soudain été remplacé par un groupe d'individus, vociférant des insultes à l'arbitre (forcément minable, si pas corrompu), beuglant sur les joueurs, hurlant des "attaquez! attaquez!" qui couvraient la voix du commentateur,...  ah pour être pittoresque, ça l'était!
 
Pendant ce temps là, à chaque action offensive des belges, Gigi ma voisine serrait ses petits poings en poussant, telle un oisillon, des "oui! oui!" ... C'était mignon, et pour le coup, ça faisait drôlement contraste.
 
Au premier but, les murs ont tremblé, je me suis pris une douche de bière, et j'ai regretté de ne pas avoir pensé à prendre de boules Quiès (ça fait un bruit de gueux ces trompettes en plastique, surtout à l'intérieur!).
Au deuxième, celui de la victoire, j'ai craint un instant qu'il ne faille appeler l'ambulance pour le type juste à côté de nous qui est devenu en une seconde aussi rouge que son t-shirt.
Mais ses cris m'ont rassurée... il était bien vivant!
 

2014-06-17 19

Tranquillisées par la victoire de notre équipe et la bonne santé de nos voisins de table (enfin physique... pour la santé mentale, je ne m'engage pas), nous pouvions dès lors aller retrouver nos amis sur la place.
 
Mais bon,... j'avais pu voir le match sur un écran digne de ce nom, et surtout, j'ai appris malgré moi que, oui, il est possible de rester distinguée  - j'ai pas dit séduisante, faut quand même pas charrier - avec des relents de houblon dans les cheveux.

Test réussi!
 

Posté par Majorette_Disco à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juin 2014

Plaisirs gourmands de tous les sens

il_570xN

Mon amour, si nous faisions la cuisine?
Si nous mitonnions tous les deux?
Je me sens gourmande et badine
et te dévore déjà des yeux.
 
Je serai marmitonne
Tu seras... maitre queux
Fine bouche polissonne
à ton appétit licencieux
 
Empoigne donc ce cul-de-poule
pendant que je me saisis du fouet
Faisons la nique aux calories-joules
et succombons avec volupté.
 
Quelques moules en entrée bien sûr
caressées au pinceau d'huile à l'ail 
A sucer, faisant aux commissures
des coulures luisantes de poiscaille.
 
Choisissons en plat de consistance
quelque chose qui nous titille
sans trop nous remplir la panse
et réjouisse nos papilles

Une dinde à la table sera bienvenue
truffée de saveurs capiteuses
Elle aura des cuisses charnues
et sera copieusement juteuse
 
Allez hop au travail, les cuistots!
car les préliminaires sont longs
il y a du travail aux fourneaux
aux marmites et aux pilons.
 
Tiens?
 
ce poireau m'a l'air ferme et épais!
A coup sûr, du bio et naturel
D'une main aguerrie, je vais te l'éplucher
Et le badigeonner de sel
 
je prépare de la même manière
quelques brins d'asperge verte
et la carotte juste sortie de terre
que je dénude d'un geste alerte
 
De cette façon, tu l'as compris,
ils exhaleront leur saveur
qui surgira fondante et exquise
du plus tendre de leur cœur
 
mais!...
 
je te vois qui malaxes, tritures
et plonges tes doigts épais dans
un bol où se trouve une mixture
à l'aspect ferme et fondant
 
Maintenant, tu fourres de manière experte
la dinde de la farce parfumée
Et embeurre d'une main de maitre
Sa peau fragile et grêlée.
 
Attention! pas de gaspillage!
et donne-moi tes doigts à lécher
il faut que je procède au sauvetage
des dernières miettes du Parmentier
 
Ne te laisse pas déconcentrer, enfin!
Par les effluves d'épices relevés
et mes mordillements mutins
Et bourre cette volaille écartelée.
 
mmmh...
 
je vois que tu montes une sauce subtile
pour arroser abondamment
la chair rosée du volatile
qui grésille sous le feu ardent. 
 
Je salive et me délecte déjà
du gout que cette pulpe animale
ferme et fondante laissera
sur mes babines insatiables
 
Pensons au dessert si tu veux bien
gourmandise en apothéose
Car pour clôturer ce festin
une petite note sucrée s'impose
 
Quelques fruits ronds et juteux
que j'ai envie de presser,
pour que leur jus collant et savoureux
ruisselle en saccade sur mon palais
 
Et pour finir, ultime gourmandise
Sucrés, collants, emmiellés
Je voudrais qu'on se caramélise
suavement conglutinés

Posté par Majorette_Disco à 22:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mai 2014

Qui veut épouser mon fils?... (ou pas!)

Alors autant je ne suis pas très friande de téléréalité, autant je ne manquerai pour rien au monde un numéro de « Qui veut épouser mon fils ».

Les couples mères-fils sont tellement caricaturaux que je suis ça comme un feuilleton, un peu comme « l’amour est dans le pré » autre émission du même acabit, mais dont je me lasse très rapidement – il n’y a pas d’humour affectif ou caustique chez le bon paysan français.

 

Et cette fois-ci, TF1 nous a gâtés !

Des mères hystériques, possessives, rétrogrades,… des fils falots, séducteurs à la ramasse, cheveux gominés et muscles apparents… Ah quelle belle brochette !

Nous avons le duo gitan qui vit à Paris mais fait semblant de vivre dans une caravane,c’est culturel

11131548ddvkm_1859

 

 

le duo grenouille de bénitier-bellâtre en t-shirt moulant qui roule des pelles comme des mécaniques,

11131553fwehi_1859

le duo mère qui voudrait bien qu’on croit qu’elle est la copine de son fils (extrêmement sain comme relation…) et qui dégomme au bazooka toute créature qui aurait des velléités d’éloigner Steven du giron maternel

11131537hklgz_1859

 

Mais mon préféré dans ce tas de portraits confondants, c’est Thierry !

11131557okesw_1859

Ah, ce Thierry est un poème !

Il se dit « dandy chic ». Or il n’a de dandy que la mèche et de chic,… comment dire,… l’orteil, sans doute ?

Il est excellent car, s’il a, à l’instar de Nabilla, le sens de la formule – ("moi, j'aime les filles up to perfection...mais rapidement »  - ce qui dénote tout de même un indéniable esprit pratique) là où la bimbo suisse est bêtasse et gourde, Thierry, lui, est pervers et malsain, ce qui est évidemment beaucoup plus drôle.

Il se croit incontestablement irrésistible, malgré sa voix de Donald Duck flapi  et son air mou-du-genou mais il ne se tient plus dès qu’une candidate s’approche à moins de 3 mètres de lui.

Il est en plus affublé d’une mère qui n’espère de sa future bru qu’elle ne soit qu’une boniche pondeuse. Mais comme lui n’aime que les bombasse, ça crée des conflits, forcément…

Allez, je vous laisse, ça commence !.............

 

 

PS avez-vous remarqué qu’ils vont tous au jacuzzi, mais qu’ils ne mettent jamais les bulles… ça doit être un concept de séducteur....

1464207-exclusif-aissa-pretendante-qui-950x0-1

Posté par Majorette_Disco à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 mai 2014

Poème tout doux pour une amie abimée

Ma sœur, ma douceur, que me dis-tu?
Que t'a-t-il raconté ce sombre individu?
 
Qu'il ne parle pas d'amour parfait
S'il ne t'aime pas au singulier
 
Qu'il ne parle pas de projets communs
Si l'avenir s'arrête demain
 
Qu'il ne parle pas de vie en duo
S'il tourne le dos aussitôt
 
Qu'il ne parle pas de nouvelle jeunesse
Si juste après il te laisse
 
Qu'il ne fasse pas de grand discours
S'il joue dans une autre cour
 
Qu'il ne te fasse pas croire en des choses
Parfumées aux pétales de roses
Si elle sont déjà fanées
Et bonnes à jeter.
 
Car ma sœur, ma douceur
Ce n'est pas un homme qui tient ce discours là
C'est juste un mufle et un goujat.
 
Alors, oublie-le ma jolie chagrinne,
Viens dans mes bras que je te câline
Et souris à nouveau, chante, danse
Mais lui ne mérite que ton silence.

un-calin-et-tout-va-bien-41766-250-400

Posté par Majorette_Disco à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,