Imagines-tu que j'attends

depuis un temps infini

ta promesse en catimini

n'importe quoi me disant

que tu penses à moi,

même quand tu ne dois pas

 

Devines-tu que je frissonne,

comme une feuille légère

dans la bise de l'hiver,

quand vibre le téléphone

car à chaque fois

je voudrais que ce soit toi

 

Passer une vie à t'attendre

c'est long au bout d'un moment

et penser en même temps

que c'est le destin tendre

qui t'a placé sur mon chemin,

qu'on s'y croisera demain.

 

C'est notre venelle en cailloux

un parcours un peu ardu

On se voit, on ne se voit plus

on s'attache, on se dénoue

on s'aime en pointillé

un amour Petit Poucet

 

Moi je voudrais au contraire

que les blancs entre les pleins

se réduisent à presque rien

que les écarts se resserrent

qu'on fasse plus que partager

quelques étreintes clairsemées.

 

Imagines-tu qu'un jour où

lassée de toujours t'attendre,

je finirai par entendre

les paroles et les mots doux

d'un autre dont la jolie voix

pourrait m'éloigner de toi.

 

Mais tes yeux toujours

et ta bouche, ton sourire,

resteraient en souvenir

une trace en contre-jour

une cicatrice de toi sur moi

belle et sombre à la fois.